11 mai 2016

Un p'tit poème

Sur la route, d'un merveilleux été, plein de joie et de gaité,  Là où raignaient insouciance, rires et tranquilité, Discret d'abord, tu t'es faufilé dans mes pensées,  Acharné, tu es venu m'habiter, jusqu'à me hanter.   Depuis longtemps, je ne te savais point absent, Te minimisant, te pensant insignifiant. J'ai cru, naïvement, pouvoir t'oublier, Ne m'imaginant pas te mériter, je n'osais te dévoiler.   De qualités tu as emmergé, en vice tu t'es transformé, La ruse et l'habileté nous ont permises de nous... [Lire la suite]
Posté par gyrus à 20:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]